COMMUNIQUÉ                                                                                                                                                24 février 2017

Pour publication immédiate

 

L’Association des bibliothécaires, des professeures et des professeurs de l’Université de Moncton, l’ABPPUM, dénonce le refus du recteur Raymond Théberge de respecter une lettre d’entente, dûment signée en décembre 2015, prévoyant accorder aux professeurs du campus de Moncton la parité salariale avec les professeurs des universités anglophones du Nouveau-Brunswick.

 

Au terme d’une série de séances de conciliation, il n’offre que 3,2 % d’augmentation, soit environ la moitié du rattrapage estimé pendant la négociation par l’ABPPUM. De plus, il exige un recul sur les acquis de l’actuel contrat de travail, soit d’éliminer la reconnaissance de l’expérience d’enseignement et/ou professionnelle dans la détermination du salaire à l’embauche de nouveaux professeurs.

 

Le ministère de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail a nommé une médiatrice et l’ABPPUM est à nouveau prête à collaborer entièrement avec celle-ci pour tenter de trouver une solution qui respectera la lettre d’entente de 2015 qui dit que les deux parties doivent négocier le moyen d’arriver à la parité salariale pendant les négociations des salaires du corps professoral pour la période de juillet 2016 à juin 2018.

 

Depuis leur grève en 2000, les professeurs luttent pour être reconnus au même titre que leurs vis-à-vis anglophones. L’ABPPUM se dit fortement déçue du recteur Théberge qui rejette le règlement d’une situation injuste pour les francophones du Nouveau-Brunswick en réduisant le pourcentage d’augmentation salariale visant la parité avec les professeurs anglophones de la province.

– 30 –

Pour information : Étienne Dako

Président de l’ABPPUM

ABPPUM

858-4509

etienne.dako@umoncton.ca

 


Press Release                                                                                                                                                February 24, 2017

      FOR IMMEDIATE RELEASE

 

The Université de Moncton Faculty Association (Association des bibliothécaires, des professeures et des professeurs de l’Université de Moncton – ABPPUM), regrets the refusal of the University President Raymond Théberge to honour a letter of agreement, signed in December 2015, guaranteeing wage parity with their New Brunswick Anglophone counterparts for faculty members.

 

A round of conciliation meetings has concluded with President Théberge offering a 3.2% pay increase, which covers merely half of the parity gap estimated during negotiations.  Moreover, he proposes to further weaken the existing labour contract by eliminating the recognition of prior work experience when determining starting salaries for newly hired faculty members.

 

The Department of Post-Secondary Education, Training and Labour has appointed a mediator; ABPPUM is looking forward to working with her to find a solution in order to honour the letter of agreement signed in December 2015, which obliges the two parties to find a means to reach wage parity while negotiating faculty salary increases for the July 2016 to June 2018 period.

 

Since its strike in 2000, the Université de Moncton Faculty has been struggling to be treated as the equals of their Anglophone counterparts. ABPPUM is very disappointed with President Théberge who is refusing to redress an unfair situation for the Francophones of New Brunswick by reducing the proposed pay increase such that parity with Anglophone faculty cannot be achieved.

– 30 –

For more information:     Étienne Dako

President

ABPPUM

858-4509

etienne.dako@umoncton.ca