Info-négos

 

État des négociations au 30 janvier 2017

 

Le comité de négociation pour l’atteinte de la parité salariale de l’ABPPUM, composé de Paul Deguire, Carole Tranchant et Serge Jolicoeur, s’est réuni avec l’Employeur les 18 et 26 janvier. Selon le comité, la dernière offre de l’Employeur est insuffisante et ne nous permet pas d’atteindre la parité salariale avec nos collègues des universités anglophones de la province. Notre comité de négo a fait une dernière contre-offre en date du 19 janvier qui montre bien notre souhait d’arriver à une entente.

Rappelons que la lettre d’entente entre nous et l’Employeur, l’Annexe «S» de la présente convention collective, inclut une définition de la parité acceptée par les deux parties.  Cette méthode de calcul basée sur le salaire de carrière a l’avantage de tenir compte de trois facteurs importants dans nos salaires de carrière : le plancher au départ, la vitesse de progression et le plafond en fin de carrière.  Les discussions en cours portent essentiellement sur le placement dans les échelles à l’engagement dont les critères varient d’une université à l’autre, ce qui complique la comparaison des planchers au départ.  La dernière offre de l’Employeur se rapproche davantage de la parité salariale, mais elle est toujours insuffisante et met en danger le concept de justice à l’engagement qui découle de l’annexe C de notre convention collective, ce qui est totalement inacceptable.

Il n’y a qu’une seule autre rencontre prévue avec le conciliateur, Monsieur Drew Simpson. Elle aura lieu le 2 février. Espérons que le désir de justice sociale, manifeste dans l’Annexe «S» signée par notre recteur,  se matérialisera.

L’ABPPUM a déjà annoncé la tenue d’une Assemblée générale spéciale. Elle aura lieu le mercredi 8 février à midi au local 163 de l’édifice Jacqueline-Bouchard.  La fin possible de la conciliation ouvre la porte à des moyens de pression.  La pression sur l’Employeur sera proportionnelle aux nombres de participantes ou participants à cette réunion… Faisons monter cette pression pour dynamiser nos négociations!