INFO-NÉGO 1

INFO-NÉGO, Juin 2016

 

Retour à la table

 

La dernière convention collective de l’Unité I, signée l’hiver dernier, couvre la période de juillet 2014 à juin 2018 pour l’ensemble des clauses normatives et monétaires, sauf les clauses salariales pour laquelle la convention ne porte que sur la période de juillet 2014 à juin 2016.  Il faut donc retourner à la table pour négocier les salaires de juillet 2016 à juin 2018.

Il ne s’agit pas d’une nouvelle négociation, mais de la suite de la négociation entreprise au printemps 2014 pour négocier la convention collective 2014-2018.

Notre mandat est le même que nous avions au printemps 2014 sur les salaires : négocier le maintien de la parité avec les institutions anglophones de la province.

 

Retour à la parité

          Vers la fin des années 90, les salaires du corps professoral à l’Université de Moncton étaient très inférieurs à ceux payés dans les autres universités de la province.  L’ABPPUM a fait une grève en 2000 dont le thème central était la parité salariale.  Lors de chacune des négos 1999-2000, 2003-2004, 2007-2008 et 2011-2012, nous avons obtenu des augmentations importantes qui nous ont permis de graduellement combler l’écart avec nos collègues des autres universités de la province et essentiellement atteindre la parité.

Depuis, en raison des difficultés budgétaires de l’Université, nous avons accepté des augmentations moins importantes et, lors d’un arbitrage récent, les salaires ont augmenté de manière importante à UNB.  Nous nous sommes donc éloignés de la parité.

Pour la première fois cette année, nous arrivons à la table avec un outil conçu précisément pour la négociation de la parité salariale : nous avons une lettre d’entente qui contient une définition précise de la parité sur laquelle les deux parties se sont entendues.  Cette lettre d’entente indique même le manque à gagner à la fin juin 2016 (convention collective, annexe S) :

 

En se basant sur les salaires de carrière (30 ans) des professeures et professeurs dans les différentes universités de la province, aux salaires de juin 2016, l’écart salarial entre les salaires à l’Université de Moncton et la moyenne arithmétique des salaires dans les autres institutions de la province est de 5,9 %.

 

Cela signifie que pour maintenir la parité pour juin 2018, la fin de la période couverte par la convention en vigueur, il faut aller chercher des augmentations de l’ordre de 5,9 %, plus les augmentations estimées dans les autres universités de la province pour juillet 2016 – juin 2018.

 

Climat de la négociation

Nous connaissons la situation financière de l’Université, nous nous attendons à une négociation difficile.  Nous aurons besoin de votre soutien entier.

 

Nos principaux arguments :

  1. La parité est un objectif basé sur l’équité et la justice. Pourquoi une professeure ou un professeur dans une université francophone du Nouveau-Brunswick serait-elle/il systématiquement moins bien payé que sa ou son collègue qui travaille dans une université anglophone de la même province?
  2. Nous avons aidé l’Université ces dernières années en acceptant à deux reprises des années complètes sans augmentations à l’échelle.
  3. Nous sommes tous dans la même province, soumis aux mêmes formules de financement et obéissant aux mêmes contraintes provenant du même gouvernement.
Encore aujourd’hui, la parité c’est une question de respect!

 Tous ensembles pour la maintenir.